Catégories
Algérie

Journée nationale en hommage aux algériennes ayant excellé dans le domaine de la science

ALGER - L'Académie algérienne des Sciences et des Technologies (AAST), a organisé, mardi à Alger, la 1ère Journée nationale en hommage à nombre de "Femmes de sciences", parmi les algériennes qui se sont distinguées par leurs contributions et leurs réalisations dans le développement des sciences et des technologies, aux niveaux national et international. A cet égard, l'Académie a rendu hommage aux figures féminines, dont la chahida Hassiba Ben Bouali, l'ancienne ministre de la Santé, la défunte professeure Zahia Chentouf-Mentouri, outre, la première savante algérienne en sciences de l'océan, Rabia Seridji, et la Directrice générale de l'Institut de Pasteur à Paris, Mme Yasmine Belkaid. A cette occasion, le président de l'Académie, Kara Hicham, a affirmé que cette journée de distinction avait été consacrée aux femmes qui ont marqué les différents domaines du savoir, relevant qu'il s'agissait d'"une reconnaissance envers toutes les femmes ayant contribué aux développement scientifique et technologique de l'Algérie". L'intervenant a estimé que la politique de promotion de la femme était clairement confirmée par "le 10e engagement du président de la République, qui s'est concrétisé sur le terrain à travers le rôle majeur accordé aux femmes dans le développement national, par leur participation à la relance économique et leur protection de toutes les formes de violence, et ce, à travers un cadre législatif mis en place conformément aux constantes nationales et aux engagements internationaux" de l'Algérie. Dans une allocution lue en son nom par la député Farida Ilimi, le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Brahim Boughali, a affirmé que "la femme fait partie intégrante du processus d'édification civilisationnelle, sur laquelle la société s'appuie pour réaliser ses objectifs". Cette Académie "a renforcé cette tendance eu égard aux compétence féminines qu'elle recèle" a-t-il rappelé, saluant, à cet effet," le soutien du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune à la femme" en mettant en avant "son rôle efficace" au fil des années. De son côté, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Kaouter Krikou, a rappelé les "acquis importants réalisés par la femme dans le domaine scientifique et technologique, grâce notamment à l'importance majeure qu'accorde le Président de la République à "l'implication de la femme dans tout les domaines" affirmant que son secteur "accompagne tout ce qui concerne l'association de la femme à tous les domaines scientifiques". A noter que cette cérémonie s'est déroulée en présence du conseiller du Président de la République chargé des organisations non gouvernementales et des droit de l'Homme, M. Hamid Lounaouci, du ministre de la Communication, M. Mohamed Laagab, des représentants des instances consultatives et des parlementaires.
Catégories
Algérie

Diagnostic précoce du cancer: mise en place de plus de 20 sous-commissions

ALGER - Le président de la Commission nationale de prévention et de lutte contre le cancer, Pr. Adda Bounedjar a annoncé, mardi à Alger, la mise en place, en juin, de plus de 20 sous-commissions, en charge de l'étude des principales causes de cette pathologie et des facteurs de prévention. Lors d'un exposé présenté devant la Commission de la santé, des affaires sociales, du travail et de la formation professionnelle à l'Assemblée populaire nationale (APN), Pr. Bounedjar a indiqué que "la Commission nationale de prévention et de lutte contre le cancer, tendait à réaliser ses objectifs, en focalisant sur la prévention du cancer, le diagnostic précoce de la pathologie, son dépistage précoce, l'amélioration du parcours du patient, ainsi que sur la consolidation de la recherche scientifique". Pour Pr Bounedjar, l'Algérie "accuse un certain retard en matière de diagnostic précoce de la maladie, lequel contribue à la réduction du taux de mortalité de 15 à 20%, ainsi que du coût du traitement". Et d'annoncer à ce propos, " la mise en place de plus de 20 sous-commissions en juin, lesquelles se chargeront de l'étude des principales causes et des facteurs de prévention de cette pathologie", ajoutant que la priorité réside à présent, en " le renforcement du diagnostic précoce, en consultant les experts, en focalisant sur la prévention, en s'abstenant de fumer et de prendre de l'alcool, en se protégeant des virus, en incitant à une alimentation saine et en évitant les facteurs d'obésité". Il s'agit aussi "d'améliorer le parcours du patient, à travers une prise en charge rapide de son cas, le suivi de son état de santé, l'amélioration de la conscience générale sur les différents symptômes du cancer et en investissant en matière de renforcement des prestations de santé et leur équipement en matériels indispensables". Après avoir rappelé que la lutte contre le cancer "requiert la conjugaison de tous les efforts", le même responsable a fait état de "l'enregistrement d'entre 55.000 et 60.000 cancers annuellement en Algérie, à leur tête, le cancer du sein, le cancer colorectal, le cancer de la prostate, ainsi que celui de l'estomac". L'intervenant a, également, souligné "la nécessité pour l'Algérie de disposer d'un registre de décès qui permettra, selon lui, de déterminer les types de cancer causant le décès", en sus de "l'importance de renforcer la recherche scientifique en la matière et de la participation du patient aux recherches cliniques, comme appliqué sur le plan mondiale, pour une prise en charge optimale et en temps approprié".
Catégories
Algérie

Contrôle des médicaments: 1155 dossiers traités par l’ANPP depuis 2021

ALGER - Le Comité d'experts cliniciens (CEC) créé auprès de l'Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP) a examiné et donné ses avis pour 1.155 dossiers relatifs à des produits pharmaceutiques pour être mis sur le marché, et ce depuis 2021, a indiqué mardi à Alger le directeur général de cette agence, Cherif Delih. "Pour le bilan du Comité d'experts cliniciens depuis sa création en 2021, il y a eu plus de 1.155 produits qui ont été expertisés, pour lesquels les membres ont donné des réponses. Concernant les dispositifs médicaux, il y a eu 547 dossiers soumis, dont 42 ont été traités", a précisé M. Delih lors de la cérémonie d'installation de la nouvelle composante de cette instance. L'installation des nouveaux membres du Comité et de sa présidente, Mme Nadia Oumina, pour un mandat de trois ans, s'est déroulée en présence du ministre de l'Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun. Chargée notamment de la veille sur l'intérêt thérapeutique, l'efficacité, l'innocuité de tout produit pharmaceutique et la performance de tout dispositif médical, cette instance s'est dotée d'une plateforme numérique pour permettre le traitement des demandes d'enregistrement et d'homologation des produits pharmaceutique et des dispositifs médicaux, a souligné M. Delih. Rappelant les missions de l'ANPP axées essentiellement sur l'enregistrement et le contrôle des produits pharmaceutiques et l'homologation des dispositifs médicaux, et éventuellement leur retrait et suspension, le directeur général a mis en avant l'importance du rôle du Comité qui contribue à promouvoir la production nationale en intervenant dans le choix du produit pharmaceutique à mettre sur le marché. "Le CEC est en train d'axer son travail sur la promotion de la production locale, des génériques et des biosimilaires, tout en participant à l'orientation de l'investissement ", explique-t-il. Pour sa part, le directeur général de la production pharmaceutique au ministère, Bachir Allouache, qui a présenté le nouvel organigramme du département ministériel, a mis l'accent sur "le progrès considérable qu'enregistre la production pharmaceutique en Algérie, notamment pour les produits à forte valeur ajoutée". Cette évolution, a-t-il affirmé, a permis de réaliser une progression du taux de couverture du besoin national en produits pharmaceutiques locaux à 72% avec l'objectif d'atteindre les 80 % à l'horizon 2025, dans le sillage de la dynamique imprimée sur l'activité de l'insuline et les médicaments d'oncologie. Il a relevé, dans ce contexte, que l'Algérie disposait du "plus important tissu industriel dans le secteur pharmaceutique en Afrique et dans le monde arabe, avec 207 établissements sur les 700 laboratoires que compte le continent africain". M. Allouache a également insisté sur l'impact attendu de la nouvelle réorganisation du ministère et qui devra permettre un meilleur suivi de la disponibilité du médicament sur le marché, notamment via la numérisation, tout en veillant sur l'aspect régulation dans une démarche globale visant à promouvoir l'industrie pharmaceutique nationale.
Catégories
Algérie

Algérie-Italie: une convention de partenariat en matière de prise en charge médicale

ALGER - Une convention de partenariat en matière de prise en charge médicale a été signée, lundi à Alger, entre la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (CNAS) et le groupe hospitalier italien "San Donato". La convention a été signée par le directeur général de la CNAS, Nadir Kouadria et le directeur du développement international au groupe hospitalier italien "San Donato", James Loïc Georges, sous la supervision du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Fayçal Bentaleb et du ministre de la Santé, Abdelhak Saihi. M. Bentaleb a affirmé que cette convention s'inscrivait dans le cadre du "processus d'amélioration de la qualité de la prise en charge des patients algériens, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du pays, contribuant ainsi à la concrétisation des engagements du Président de la République visant à promouvoir la prise en charge médicale des citoyens, notamment à travers la recherche de nouvelles formes de coopération en matière de prise en charge de certains cas difficiles, tels que la greffe de foie et la greffe de moelle osseuse chez les enfants de moins de trois ans". Le ministre a indiqué que la réduction du transfert des patients à l'étranger constituai un "indicateur positif de développement du secteur de la santé en Algérie, en termes de structures publiques et privées, d'équipements médicaux, ainsi que de compétences humaines", ajoutant que cette convention "ouvrira de nouvelles perspectives dans le processus de prise en charge efficace des malades, en leur permettant d'accéder à des soins de qualité au sein des établissements hospitaliers italiens". La convention vise également à "tirer profit de l'expérience du groupe hospitalier italien, notamment à travers la formation des médecins algériens et le transfert des technologies, en particulier dans le domaine de la chirurgie cardiaque pédiatrique". Pour sa part, le ministre de la Santé a souligné l'importance de ce partenariat, qui vise à "échanger les expertises et à renforcer la coopération entre les deux parties dans le domaine de la santé, et permet de bénéficier de l'expérience médicale italienne", mettant en avant les efforts de l'Etat visant à améliorer la prise en charge sanitaire. En marge de la cérémonie de signature, une journée d'étude scientifique a été organisée sur la chirurgie cardiaque et artérielle pédiatrique, dans le cadre de l'échange d'expertises et de connaissances entre les deux parties dans ce domaine. A noter qu'une délégation du groupe hospitalier italien effectuera une visite à la Clinique médico-chirurgicale infantile (CMCI) de Bousmail (Tipasa) pour s'enquérir des derniers préparatifs en vue d'effectuer, en collaboration avec une équipe médicale algérienne, des opérations chirurgicales au niveau de cette clinique au profit de 10 enfants. Une équipe médicale de l'hôpital italien visitera également la clinique spécialisée en chirurgie orthopédique et rééducation fonctionnelle des victimes des accidents de travail de Misserghine (Oran) en prévision d'une première opération chirurgicale qui sera effectuée au niveau de cette clinique, dans le cadre de la concrétisation du programme conjoint élaboré entre les deux parties.
Catégories
Algérie

Ouverture du 2e Forum des Technologies de l’Information et de la Communication

ALGER - La 2ème édition du Forum des Technologies de l'Information et de la Communication "CTO Forum", a été inaugurée, lundi à Alger, par le ministre de l'Economie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises, Yacine El-Mahdi Oualid, et celui de la Poste et des Télécommunications, Karim Bibi Triki. Dans une intervention d'inauguration de cette manifestation, M. Oualid indiqué que le domaine de la numérisation en Algérie "est en constante évolution" et que le gouvernement lui accorde un "grand intérêt", rappelant que d'"énormes efforts ont été fournis ces dernières années pour rattraper le retard d'une part, et accélérer le passage à l'ère du numérique, d'autre part". Il a souligné que le numérique "qui n'est pas un luxe, mais doit être au cœur du changement", et dans ce cadre, a-t-il ajouté, le gouvernement œuvre à la promotion de ce créneau, à l'instar du cadre juridique mis en place ainsi que les infrastructures développées à cet effet. Il a fait part, par la même occasion, l'engagement de son département, à "donner plus de visibilité" sur la scène internationale aux acteurs du numérique activant en Algérie. De son côté, le ministre de la Poste et des Télécommunications, M. Bibi Triki, a mis en avant "l'important progrès" réalisé dans son secteur au cours de ces dernières années, dans le sens du "renforcement des capacités technologiques du pays, à travers les infrastructures adaptées aux TIC". Il a exprimé, à cet égard, son engagement à "généraliser l'accès aux TIC sur l'ensemble du territoire national et au profit de toutes les couches de la société". Cette manifestation de trois jours est organisée au Palais de la Culture "Moufdi Zakaria", avec la participation de 28 exposants, 73 Startups, et la programmation de conférences thématiques.
Catégories
Algérie

Organisation prochaine de la 2e édition du Salon « ConstanTIC »

CONSTANTINE - La 2ème édition du Salon du digital de la numérisation et des technologies de l’information et de la communication "ConstanTIC", placée sous le parrainage du ministère de l’Economie de la connaissance, des Start-up et des Micro-Entreprises ainsi que le ministère de la Poste et des Télécommunications, se tiendra du 4 au 6 du mois de juin prochain à Constantine, apprend-on lundi des organisateurs. Cette manifestation prévoit la participation de 60 exposants représentants des ténors des technologies mondiale du digital et de la numérisation, a déclaré a l’APS Mohamed Seifeddine Salhi, le directeur général de l’entreprise MediaSmart, organisatrice du Salon. Dans le cadre de l’exposition ConstanTIC 2, il est prévu également l’organisation de conférences et d'ateliers interactifs animés par des experts internationaux et des spécialistes de renoms qui aborderont une gamme variée de sujets, incluant le E-marketing, la sécurité informatique et l'intelligence artificielle, offrant aux participants une expérience d'apprentissage pratique et une occasion d'approfondir leurs connaissances et d’échanger les expériences avec des experts de l'industrie. Aussi, le salon ConstanTIC abritera un espace de rencontres et d’affaires ouvert aux entreprises et aux demandeurs d’emploi, ainsi qu’un espace dédié aux institutions publiques partenaires du développement de ce secteur, agences spécialisées, prestataires de services, experts et consultants, outre un espace B to B qui permettra aux entreprises d’intégrer le réseau de collaboration, de tisser de nouvelles relations et notamment de nouer des partenariats stratégiques. Cet événement technologique vise à favoriser le développement des échanges et des expériences entre les acteurs et universitaires activant dans ce domaine, créateur de richesse et d'emploi, a ajouté la même source. M. Salhi a souligné que cette manifestation incarne une vision d'avenir en accompagnant la transformation digitale de l'Algérie à travers l'utilisation des technologies de l'information et de la communication dans tous les domaines.
Catégories
Algérie

Les jeunes et les étudiants doivent être associés à toute décision les concernant

ALGER - Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a affirmé, dimanche à Alger, qu'aucune décision concernant les jeunes et les étudiants ne serait prise sans les consulter au préalable et sans l'aval du Conseil supérieur de la jeunesse (CSJ). Dans son allocution devant les étudiants au Pôle scientifique et technologique "Abdelhafid Ihaddadène" de la nouvelle ville de Sidi Abdellah, à l'occasion du 68e anniversaire de la Journée nationale de l'Etudiant, le président de la République a déclaré qu'"aucune décision ne sera prise concernant les jeunes et les étudiants sans les consulter au préalable et sans l'aval du Conseil Supérieur de la Jeunesse", ajoutant qu'il "veille personnellement sur cette question". En réponse aux préoccupations de plusieurs étudiants, le président de la République a indiqué que "plusieurs questions intéressant les étudiants et l'Université seront revues, de concert avec la famille universitaire dont les étudiants, les enseignants et les organisations estudiantines", soulignant que "l'ère où l'Administration impose ses décisions aux chercheurs et aux étudiants est révolue". Dans ce contexte, le président de la République a précisé que d'importants moyens matériels étaient mobilisés au profit des étudiants dans le cadre des œuvres universitaires, ajoutant que l'excellence dans le secteur de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, "est chose importante" et "toute réussite requiert des mesures incitatives spécifiques". Après avoir rappelé la décision de revalorisation de la bourse, le président de la République a instruit le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique à l'effet d'œuvrer, de concert avec l'ensemble des établissements du secteur, à "l'examen de mesures incitatives relatives à certaines spécialités scientifiques et à la revalorisation de la bourse dédiée aux étudiants de ces spécialités". Le président de la République s'est félicité, à cette occasion, de "la présence d'éminents chercheurs algériens dans plusieurs pays", estimant que leur réussite reflétait le niveau de la formation dispensée par l'Université algérienne.
Catégories
Algérie

Commémoration de la Journée nationale de l’Etudiant à l’Université d’Alger1

ALGER - L'Université d'Alger 1 "Benyoucef Benkhedda" a organisé, dimanche, une cérémonie commémorant le 68e anniversaire de la Journée nationale de l'Etudiant, lors de laquelle, la contribution des étudiants au succès et à la victoire de la glorieuse Révolution du 1er Novembre, a été mise en exergue. Dans son allocution à cette occasion, la vice-recteure, chargée des relations extérieures à l'université, Soraya Bendouga, a affirmé que la célébration de cette Journée nationale commémorant le 68e anniversaire de la grève historique du 19 mai 1956, était à même de rappeler les hauts-faits des étudiants de cette époque et de s'en inspirer, appelant les étudiants d'aujourd'hui à défendre la patrie. Pour sa part, Amar Abderrahmane, maître de conférence à la Faculté des sciences de l'information et de la communication, a souligné dans son intervention, les sacrifices consentis par les lycéens et les étudiants de l'époque, après avoir quitté les bancs de l'école pour rejoindre la Guerre de libération. Il a mis, en outre, l'accent sur l'impact de l'adhésion des étudiants aux fronts de combat et de lutte sur la Révolution dans différents domaines dont le secteur sanitaire qui a été renforcé par la chahida Zoubida Ould Kablia, ou encore les réalisations de Aissa Messaoudi dans le domaine de l'information et de Mohamed Seddik Benyahia en matière de diplomatie. L'intervenant a également cité les héros de la Révolution parmi les étudiants, dont la fidayia martyre Hassiba Ben Bouali, le médecin et diplomate le défunt Lamine Khène, ainsi que le martyr chimiste Taleb Abderrahmane et autres. Par ailleurs et à cette occasion, nombre d'étudiants lauréats ont été honorés, de même que les résultats définitifs du concours de dessin ont été annoncés et les prix ont été distribués aux lauréats.
Catégories
Algérie

Le Groupe Telecom Algérie participera au 2e « CTO-Forum » à Alger

ALGER - Le Groupe Telecom Algérie participera à la 2ème édition du Forum des technologies de l'information et de la communication "CTO-Forum", qui aura lieu du 20 au 22 mai à Alger, confirmant ainsi son implication dans la stratégie nationale de transformation numérique et dans son écosystème digital, indique, dimanche, un communiqué du Groupe. "Le Groupe Telecom Algérie est fier d'annoncer sa participation à la deuxième édition du Forum des technologies de l'information et de la communication +CTO-Forum+ qui se déroulera du 20 au 22 mai 2024 au palais de la Culture Moufdi-Zakaria à Alger", précise la même source. Il s'agit d'un "rendez-vous des acteurs du secteur IT ayant pour vocation d'être la vitrine des technologies les plus innovantes mises à disposition des entreprises et des professionnels du secteur, dont l'objectif est de privilégier le B2B entre décideurs et exposants", souligne le communiqué. Au cours de ce Forum, qui est "un évènement de rencontres et d'échanges et un important espace technologique", le Groupe et ses filiales présenteront "leurs offres, services ainsi que leurs solutions à travers un stand dédié pour l'occasion", ajoute la même source.
Catégories
Algérie

Traumatismes oculaires: l’importance de la prévention contre les accidents soulignée

ALGER - Le président de la Société algérienne d'Ophtalmologie (SAO), Pr Mustapha Djabour, a mis l'accent, jeudi à Alger, sur l'importance de la prévention contre les accidents à l'origine des traumatismes oculaires, notamment ceux affectant les enfants, à l'instar des accidents domestiques et de jeux. "Il faut un regain d'intérêt pour la prévention contre les traumatismes oculaires induits par les accidents, notamment les plus fréquents, comme les incidents domestiques et de jeux et qui touchent plus généralement les enfants", a précisé Pr Djabour, en marge du 36ème Congrès scientifique de la SAO. Il a plaidé, à ce propos, pour la multiplication des campagnes de sensibilisation sur cette thématique, par voie médiatique, mais aussi au niveau des établissements scolaires, crèches, espaces publics, tout en rappelant le rôle des parents sur ce type de risques pour leurs enfants. Il est ainsi recommandé aux parents de garder les enfants loin des produits caustiques (acides, oxydants, etc), des liquides bouillants, des objets tranchants, a ajouté Pr Djabour, qui est également chef de service d'Ophtalmologie au CHU Lamine-Debaghine de Bab El-Oued (Alger). S'agissant du suivi thérapeutique des traumatismes oculaires, le spécialiste a assuré que "quelle que soit leur nature, les services hospitaliers sont en mesure de les prendre en charge et de les réparer", ces derniers étant dotés des "moyens nécessaires pour y faire face". "La seule situation face à laquelle nous n'avons pas de solution, c'est lorsque nous avons un œil explosé. A défaut de redonner vie à cet organe, nous ne pouvons que son remplacement par une prothèse oculaire", a-t-il relevé. Abordant, par ailleurs, le volet de la greffe de la cornée qui était problématique par le passé, le président de la SAO a affirmé que cette préoccupation "ne se pose plus aujourd'hui", précisant que le service dans lequel il exerce "reçoit les greffons de manière régulière et au fur et à mesure des besoins". Nombre de thématiques sont programmées à l'occasion de ce Congrès, portant entre autres, sur "La terminologie et la classification des traumatismes oculaires", "Les traumatismes oculaires pénétrants chez l'enfant", et "Les particularités de la réparation juridique des traumatismes orbitaires chez l'enfant".