CAN-2019 (groupe D). Algérie 2 – Bénin 0 : Les Verts renouent avec la victoire

Stade Mustapha Tchaker (Blida)

Arbitres : Ahmed Sékou Touré,
Aboubacar Doumbouya, Sidiki Sidibé (Guinée)
Buts : Bensebaïni (18’), Bounedjah (73’) Algérie
Avert. : Mounie (Bénin)

Algérie : M’bolhi, Attal, Farès, Tahrat, Bensebaïni, Taïder, Bentaleb, Mahrez (Belfodil 80’), Benzia (Feghouli 72’), Brahimi (Ghezzal 77’), Bounedjah

Entr. : Djamel Belmadi
Bénin : Farnolle, Adnon Khaled, Junior Salomon (Pote 76’), Verdon, Djinka David (Azankpo 60’), Jordan Adam, Mounie, Imorou, Sessignon, Braza (Sissi 80’), Dossou
Entr. : Michel Dussuyer

Dans un stade plein à craquer, la sélection nationale a retrouvé l’ambiance des grands jours de l’enceinte de Mustapha Tchaker de Blida, complètement refaite à l’occasion de la venue du Bénin pour le compte de la 3e journée des éliminatoires de la CAN-2019, prévue l’été prochain au Cameroun.

Les Verts se sont imposés par 2 à 0 et s’emparent ainsi de la tête du groupe D. Le match a débuté timidement pour le onze national face aux Ecureuils bien regroupés en défense et procédant par des contres. D’ailleurs, la première action dangereuse est à mettre à l’actif des visiteurs, signée Dossou qui a «chipé» la balle à un défenseur et d’un tir instantané a failli faire mouche.

Cette action a fait réagir les partenaires du capitaine Mahrez qui ont fait le siège de la défense adverse, bénéficiant de trois corners en trois minutes. Le troisième a fait mouche.

Et c’est le défenseur Bensebaïni qui donna l’avantage aux Verts du plat du pied. Peu après, Bounedjah a failli doubler la mise, mais il a été devancé par le gardien de but Famolle qui a dégagé son camp.

En seconde période, les Verts sont revenus avec l’intention de corser l’addition, mais ce sont les visiteurs qui ont annoncé la couleur, toujours par l’omniprésent Dossou qui a servi son équipier Djinka, lequel de la tête obligea M’bolhi à étaler toute sa classe pour dévier le cuir.

Cinq minutes plus tard, Bounedjah a répliqué par un coup franc bien travaillé, mais sans danger pour le portier béninois. L’entraîneur Djamel Belmadi procéda ensuite aux changements pour donner un nouveau souffle au compartiment offensif. Il a incorporé Feghouli à la place de Benzia.

Et à sa première action, l’attaquant de Galatassaray a servi idéalement de la tête Bounedjah, à la limite du hors jeu, qui s’en est allé seul battre le portier béninois dans le coin opposé (73’). Continuant sur leur lancée, les Verts auraient pu corser l’addition, notamment par Belfodil qui venait à peine d’effectuer son entrée à la place de Mahrez. Bien servi par Bounedjah, Belfodil a raté lamentablement le cadre et l’occasion de signer son retour en sélection nationale.

A la faveur de cette victoire amplement méritée, les Verts prennent seuls la première place en attendant de confirmer leur leadership du groupe en match retour, prévu mardi prochain au Bénin.

Les Ecureuils regagneront leur pays aujourd’hui par un vol spécial, tandis que les Verts les rejoindront le lendemain (dimanche).

L’article CAN-2019 (groupe D). Algérie 2 – Bénin 0 : Les Verts renouent avec la victoire est apparu en premier sur El Watan.

Ils ont dit

-M’bolhi : Il n’a pas été trop sollicité et les deux trois fois où il l’a été il s’en est bien sorti grâce à son placement, sa vista et son calme olympien. Il s’est distingué à la 54’ en s’interposant de fort belle manière sur un heading bien placé de Djinka.

-Attal : Il a réalisé un bon match. Présent défensivement, il a gagné beaucoup de duels contre l’attaquant adverse le plus remuant (Dossu) et, comme à son habitude, il a beaucoup contre-attaqué lorsque l’espace droit était libéré. Il monte, il monte…

-Farès : La grosse satisfaction de la soirée. A l’instar de Attal, il s’est bien défendu sur son côté et s’est souvent porté devant sur son couloir. Défensivement, il a été sans reproche. Un joueur d’avenir sur lequel le sélectionneur peut compter, même si le titulaire du poste a pour nom Ghoulam.

-Bensebaïni : Il s’affirme de match en match. Hier, il a ouvert la voie du succès à la réception d’un centre sur corner de Mahrez. Le jeune Ramy évolue avec le même bonheur sur le côté ou dans l’axe de la défense. Sa polyvalence est un grand atout pour lui et le sélectionneur. Il n’a pas fini de surprendre.

-Tahrat : Il a été sobre et très complémentaire de Bensebaïni. Son positionnement et ses relances propres font de lui un élément sur lequel Djamel Belmadi peut compter malgré la rude concurrence qui existe à ce poste.

-Taïder : Il a été trop discret. Il a traversé le match sans éclat. Son apport dans le jeu n’était pas évident. Sa performance d’hier soir ne plaide pas en sa faveur. Les candidats au poste sont nombreux. Il devrait rapidement se ressaisir s’il veut garder sa place en sélection.

– Bentaleb : Lui aussi n’a pas eu le rayonnement attendu et auquel ses qualités le prédisposent pour être un vrai cadre de l’équipe. Son influence dans le jeu des Verts est de moins en moins évidente comparativement à ses premières apparitions sous le maillot vert.

-Mahrez : Le Mahrez des Verts et celui de Manchester City n’est pas le même. Devant le Bénin, il n’a pas été décisif, même s’il a délivré le corner qui a débouché sur l’ouverture du score. Un joueur au potentiel énorme mais qui n’arrive pas à le confirmer sous le maillot des Verts. Hier, il a été plus combatif que d’habitude, mais sans plus.
-Benzia : La grande satisfaction. Sa technique, son toucher de balle laissent filtrer un talent qui peut apporter beaucoup à l’équipe nationale. Mis en confiance par Belmadi, Yacine Benzia peut aller loin et entraîner avec lui les Verts.

-Bounedjah : Auteur d’un but et d’un match sobre et sérieux, il a confirmé ses talents de buteur et se pose comme sérieux concurrent de Slimani pour le poste d’avant-centre. Hier, il a encore marqué des points.

-Brahimi : Il n’a pas réalisé un grand match, malgré toute la force et la volonté employées pour peser sur la défense adverse. Il a touché moins de ballons que lors de ses dernières sorties et semble avoir été un peu gêné par la redistribution des cartes effectuée par le sélectionneur.

-Feghouli : Il a joué un petit quart d’heure et donné une balle de but. Ce n’est pas rien pour un joueur qui espérait plus de temps de jeu et de présence sur le terrain.

-Ghezzal et Belfodil ont peu joué pour être jugés et notés.

L’article Ils ont dit est apparu en premier sur El Watan.

L’EN sur la bonne voie

L’équipe nationale version Djamel Belmadi a montré des signes prometteurs, hier à Blida, à l’occasion du match contre le Bénin (2-0). Sans sauter au plafond, il y a lieu de souligner la bonne tenue de l’équipe, surtout en début de partie. Cette sortie avait valeur de test pour le sélectionneur et les joueurs alignés.

Le retour à Tchaker a certes été gagnant, mais il y a loin encore de la coupe aux lèvres tant les attentes sont grandes du côté des supporters impatients de retrouver les Verts comme ils les aiment. C’est-à-dire conquérants, prenant des risques et des initiatives, conduisant le jeu au lieu d’attendre les fautes de l’adversaire pour marquer. Au niveau de la volonté, de l’allant, c’est encourageant en attendant la suite et les matchs de gala contre les cadors du continent en phase finale de la CAN-2019 au Cameroun… ou ailleurs.

Les camarades du capitaine Riyad Mahrez ont savamment construit leur succès. Bien en place défensivement, ils ont bien aéré le jeu en début de partie, ne laissant pas d’espace aux Ecureuils. Le but de Bensebaini (20’) consécutivement à un corner tiré par le capitaine Mahrez a instauré une forme de confiance au sein du groupe et lui a permis ensuite, jusqu’à la mi-temps, de bien contrôler le jeu. Après la pause, les Verts ont bien géré leur petite avance malgré le réveil des Béninois qui auraient pu revenir au score à la 54’ si ce n’était le beau réflexe du gardien Raïs M’bolhi qui est allé chercher une balle qui prenait la direction de ses filets sur une magistrale reprise de la tête de Djinka.

Sentant le danger d’un toujours possible retour au score des visiteurs, l’équipe d’Algérie a mis plus de rapidité dans le déclenchement de ses attaques ce qui a eu pour conséquence des situations de jeu et d’opportunité de score de plus en plus nombreuses. Le match a finalement basculé à la 74’ lorsque sur une déviation de la tête du rentrant Sofiane Feghouli, l’avant-centre Baghdad Bounedjah s’en est allé seul battre le gardien du Bénin et assurer le succès des Verts.
Hier soir, les joueurs de Djamel Belmadi ont rempli leur contrat et se sont hissés à la première place du groupe qu’ils conserveront quel que soit le résultat du «retour», mardi prochain au Bénin. A présent, le sélectionneur peut poursuivre l’œuvre de redressement entamée sous sa direction. Les Verts sont, de nouveau, sur la bonne voie.

L’article L’EN sur la bonne voie est apparu en premier sur El Watan.

Arbitrage laxiste de Ahmed Sékou Touré

Le troisième match du groupe D qualificatif pour la CAN-2019 au Cameroun ayant opposé l’Algérie au Benin s’est joué à Blida sur la pelouse fétiche du stade Mustapha Tchaker où les Vets avaient acquis leurs repères et avaient fait souffrir, sportivement s’entend, leurs adversaires.

Cette fois, pour les Fennecs, l’objectif est de justifier sa «résurrection» entamée en terre gambienne en consolidant leur place de leader. La joute pour les Fennecs ou les Écureuils revêtait une importance capitale. Pour ce faire, la CAF a désigné le Guinéen Ahmed Sékou Touré pour conduire l’équipe arbitrale. L’arbitre directeur n’a pas été habile dans le domaine de la prise en main du match qui a été, au vu de certaines interventions, laborieuse et difficile, et ce en appréciant mal certaines interventions musclées des béninois car mettant l’intégrité physique des joueurs algériens en péril. Il y avait de l’engagement et pour freiner cet élan, il fallait intervenir promptement et énergiquement en y infligeant, en cas de récidive après un seul rappel à l’ordre, des avertissements.

Il a fallu attendre la 35’ de jeu pour noter le 1er avertissement au N° 9 pour un pied levé sur Ramy Bensebaini, lequel avait auparavant ouvert le score à la 20’. Pour la 2e mi-temps et en dépit d’une grande intensité, même si Benzia et Fares méritaient d’être avertis, il y avait, coté du Benin, moins d’agressivité. Il faut signaler la bonne tenue des assistants qui ont signalé très justement les hors-jeu sifflés. La 73’ apporta du nouveau au score, Bounedjah, en bonne position, scella la victoire des Verts par une seconde réalisation.

L’article Arbitrage laxiste de Ahmed Sékou Touré est apparu en premier sur El Watan.